Axe I — Singularité et action sociale

– Quelles sont les possibilités d’adaptation et d’action en société en fonction de la singularité ?

Sous la direction de :
Aurore Chevallier Gleizes, Émilie Luc-Duc, Gilbert Coqalane, Juliana Turull

Une situation de malaise peut provoquer l’envie de changer, changer ce qui est bouleversé, changer d’environnement, mental ou géographique, selon le contexte de la situation. Celle-ci peut nous amener à adopter une attitude de défense, afin de préserver sa singularité au sein du collectif. La méthode de repli stratégique est l’une des attitudes de défense possibles ; elle est commune à de nombreux êtres vivants.
S’extraire d’un contexte périlleux, se mettre à distance, peut nous permettre d’adopter un point de vue global sur une situation menaçante. Ce retrait permet de passer d’un état passif à un état intermédiaire, précédant l’action-réponse à la situation problématique.
Ce retrait peut s’apparenter à un espace fictif, vecteur d’émancipation de l’individu et du collectif. D’une part, cet état intermédiaire de repli permet d’observer et d’analyser ses adversaires et alliés potentiels. D’autre part, concevoir un lieu ou un espace mental de repli, favoriserait l’élaboration d’outils et de méthodes stratégiques afin de penser des alternatives aux réalités imposées.

Pistes de réflexion :

  • Comment appréhender les contextes sociétaux de crise afin de les transformer en vecteur et accélérateur d’émancipation individuelle et collective ?
  • Comment des événements ou des contextes sociétaux collectifs influencent des changements personnels ou de groupes (linguistiques, sociologiques, philosophiques…) ?
  • Comment modifier le contexte social grâce à la reformulation de parcours particuliers ?
  • Comment construire un discours collectif d’émancipation ?
  • Comment, dans une société marquée par la désinformation, inviter à l’exercice permanent du regard critique ?