Institut de Recherche Internationale en Anthropologie de la Singularité

La sensation de puissance comme lien de transmission avec le monde

5.00

FSn — Une nuit qui finalement ne finit jamais ? Est-ce que ça vous évoque quelque chose de particulier ?

JPn — Ce n’est pas tellement la nuit. Mais l’idée de ne jamais finir. C’est une des grosses problématiques de mon travail. C’est de ne pas finir. De savoir quand je termine ou quand je termine ou pas.

FSn — Alors ? Qu’est-ce que vous amène justement à ce point de décision ?

JPn — C’est souvent très douloureux. Par exemple, il y a un portrait d’une femme, un très grand portrait, d’une femme que j’ai aimée, pendant 5 ans et que j’ai fait poser pendant au moins 4 ans.